Interview : Sophie Grandclaude, chargée d’études et Cynthia Nsie, assistante chargée d’études

Sophie Grandclaude (à gauche)  et Cynthia Nsie

Sophie Grandclaude (à gauche) et Cynthia Nsie

Le chargé d’études a un rôle prépondérant puisqu’il est amené à travailler à la fois avec le client, le directeur d’études et l’équipe terrain qui assure la collecte des données . Il est, de ce fait, au centre du projet d’étude.

Au sein d’Edinstitut, cinq chargés d’études s’occupent à la fois de la préparation des questionnaires, de l’analyse des résultats, de la rédaction du rapport d’étude et de la présentation orale au client.

Sophie Grandclaude, chargée d’études chez Edinstitut depuis quatre ans, ainsi que Cynthia Nsie, assistante d’études vont nous parler aujourd’hui de ce métier. Nous les avons interrogées afin de découvrir leur activité au quotidien et également partager leur expérience des problématiques marketing

Sébastien Gradeler : Sophie, y a t’il un profil spécifique pour devenir chargée d’études ?

Sophie Grandclaude : En ce qui me concerne, pour devenir chargée d’études, cela n’a pas été une voie toute tracée. J’ai tout d’abord commencé par une filière plutôt commerciale. Suite à cela, j’aurai pu me lancer dans la vie active mais ce ne fut pas le cas. J’ai poursuivi en IUP Management et Gestion des entreprises avec des cours de Marketing et surtout des stages de quatre mois en entreprise qui m’ont permis de découvrir deux années de suite des instituts d’études. Après, j’ai voulu poursuivre dans cette voie en faisant un Master 2 en Marketing à Dijon avec un stage de six mois de fin d’année à la clé que j’ai réalisé chez Edinstitut. D’après moi, c’est plutôt la découverte en entreprise qui fait que l’on va vers cette voie et non les cours plus théoriques de l’école.

Sébastien : Peux-tu définir le rôle du chargé d’études chez Edinstitut ?

Sophie : Le rôle du chargé d’études chez Edinstitut est d’être à l’écoute du client en respectant ses objectifs. Pour ma part, je traite des problématiques dans le domaine énergétique ou encore bancaire, ainsi que des thématiques utilisant le mode de recueil par internet.

Au quotidien, Nathalie (la responsable du pôle études) nous confie des études. Puis, avec le Directeur d’études, on fait une réunion de préparation de lancement d’étude. Lors de cette réunion, nous discutons des objectifs ainsi que des heures consacrées aux études. Suite à cela, on a une réunion téléphonique avec le client pour passer en revue les éléments clés du projet. On rédige le questionnaire, on le soumet au client qui nous le retourne. Tout cela est validé par le Directeur d’études et par Nathalie.

Commence ensuite la phase terrain. Edfield s’occupe des enquêtes téléphoniques afin de récolter les informations. Une fois le terrain terminé, on récupère les données pour en faire le traitement et l’analyse. Pour finir, on rédige le rapport d’études et le support de présentation pour présenter les résultats au client.

Cynthia Nsie: Je pense important de parler du fait que le chargé d’études a un rôle charnière. Il est entre le client, le directeur d’études et le terrain. Cela un rôle très complet !

Sébastien : Quelles sont alors les difficultés du métier ?

Sophie : Les délais parfois durs à respecter puisque nous avons besoin de temps pour prendre du recul sur les résultats pour pouvoir analyser. Mais à partir du moment où les objectifs définis avec le client sont clairs et que nous travaillons de concert avec lui, les choses se passent très bien !

Sébastien : Quelles sont les différentes étapes une fois la collecte des données réalisée ?

Sophie : Une fois le terrain terminé, il faut vérifier les chiffres et vérifier que les bases correspondent aux résultats attendus. On rédige également les plans de code pour les questions ouvertes et on va définir les thèmes pour pouvoir rassembler toutes les informations. On travaille ensuite sur l’ensemble des tris de l’étude et on définit quels tris croisés semblent pertinents et apporter des éclairages à la problématique.

A la fin, le Directeur d’études est présent pour le traitement des données, les analyses complémentaires et surtout proposer et recommander des solutions.

Sébastien : Quels sont les points que les clients retiennent et apprécient le plus dans votre travail ?

Cynthia : Le fait que l’étude corresponde bien à leurs attentes.

Sophie : La clarté des résultats et plus particulièrement durant la présentation que l’on va faire au client, moment où nous livrons les résultats clés.

Sébastien : Quelle est la phase sur laquelle vous préfèrerez travailler ?

Cynthia : Je n’ai pas encore travaillé sur le questionnaire mais je pense intéressant le fait de retranscrire une problématique dans un questionnaire.

Sophie : J’aime bien le questionnaire et la présentation c’est-à-dire le début et la fin d’une étude.

Sébastien : Sophie, quelles sont les évolutions que tu as constaté sur les projets et la structure chez Edinstitut depuis ces quatre dernières années ?

Sophie : En quatre ans il s’est passé beaucoup de choses. A mon arrivée, on débutait seulement sur le web et maintenant on a eu une belle progression sur celui-ci. On se met donc à la pointe de la technologie en développant de nouveaux outils comme par exemple l’Eye-Tracking. Cela permet également d’enrichir nos connaissances et d’aller plus loin dans les recommandations et dans les analyses. En quatre ans également, la partie analyse et le terrain se sont séparés. Suite à cela, chacun s’est renforcé dans ses points forts.

Sébastien : Cynthia, quel a été ton premier ressenti quand tu es arrivée chez Edinstitut ?

Cynthia : La première impression fut surtout le bon accueil. Edinstitut est une équipe très soudée avec une bonne ambiance et c’est aussi une équipe jeune, ouverte et dynamique.

Sébastien : Sophie, voudrais-tu rajouter quelque chose par rapport à des valeurs que l’on véhicule et qui sont importantes pour être un bon chargé d’études ?

Sophie : La valeur première est la réactivité mais il y a aussi la rigueur et la motivation au quotidien. Dans les années à venir, ce sera encore plus de conseils à donner aux clients.

Sébastien : Pour finir, quels sont vos centres d’intérêts en dehors du travail ?

Sophie : Pour ma part ce sont les arts plastiques où je suis des cours chaque semaine. J’aime également aller à des expositions, des vernissages et aller à la rencontre de créateurs en tout genre. De plus, je suis attirée par la culture en général (littérature, cinéma et théâtre). J’aime également beaucoup la découverte de la nature et la randonnée. Ma dernière randonnée était lors du séminaire où on a pu faire une marche de nuit en raquettes avec toute l’équipe d’Edinstitut.

Cynthia : Pour ma part, c’est surtout la découverte de nouvelles cultures. J’aime bien voyager. D’ailleurs, j’ai pu habiter dans plusieurs pays étrangers dans le cadre de mes études. J’aime les langues, le cinéma et les sorties entre amis.

Sébastien : Notre interview touche à sa fin… merci à toutes les deux pour vos réponses !

Laisser un commentaire

engagement