Retour d’expérience Bulletin Board en compagnie de M-C Michelet du Crédit Mutuel.

Marie-Christine Michelet, responsable de projets au Crédit Mutuel

Le Bulletin Board s’impose depuis quelques mois comme une méthodologie qualitative très prisée auprès de nos clients. Interactive, cette approche rassemble une communauté de participants sur un forum privé online pendant une semaine en moyenne. Découverte, échanges, opinions personnelles et réactions du groupe… il y a là tout ce qui fait aujourd’hui la force et l’intérêt d’internet à l’heure des réseaux sociaux !

Une méthodologie originale et innovante ?

2 ans après un premier projet d’étude mené pour le Crédit Mutuel et le CIC autour d’une nouvelle organisation de contenus web, et à l’issue d’un nouveau projet 2012, nous en avons profité pour prendre le recul nécessaire et s’intéresser un peu plus à cette méthodologie, en compagnie de Marie-Christine Michelet, responsable de projets au Crédit Mutuel.

Ce qui était généralement perçu comme une méthodologie originale et décalée il y a quelques années fait désormais légitimement partie du paysage qualitatif. Plus qu’une approche originale, Marie-Christine Michelet nous confie avoir choisi une « logique interactive; de rebond.» Et de rajouter que la problématique doit être « adaptée au média que l’on souhaite tester, ce qui était le cas sur nos deux projets. Il faut ainsi privilégier cette méthodologie en fonction de la cible, du produit, ainsi que de l’espace-temps.»

Une animation sans filet, à travers l’écran.

Sur ce dernier point, nous avons accompagné diverses approches, comprises entre 5 jours et deux semaines en moyenne. On peut également envisager d’inviter une communauté plus large à intervenir sur une période plus longue ; une année par exemple. Les techniques d’animation seront bien entendu différentes, les types de résultats et les conclusions également. Là encore, la problématique doit permettre d’ajuster la durée d’animation idéale d’un Bulletin Board. Après, la sensibilité de chacun viendra affiner ce choix : « 5 jours, c’est plus rythmé et plus dynamique : on ne perd pas en profondeur, on gagne au contraire en intensité ! » s’exclame Marie-Christine Michelet. Et de poursuivre : « la chose la plus importante c’est l’animation; j’ai apprécié la finesse de la relance, avec les techniques de maïeutique et de motivation, qui sont assez extraordinaires. C’est comme partout, c’est le professionnalisme de l’animateur qui fait la réussite du projet : Il faut un vrai talent pour donner du sens, respecter les opinions de chacun mais de s’en servir pour émuler les autres». Au final, l’animation d’un Bulletin Board « exige la même finesse que celle d’un Focus Group, et même plus car il manque une dimension, celle du regard. » Voilà beaucoup de pression sur nos épaules !

Le principal intéressé chez EDinstitut, Guillaume Rhoden, chargé d’études qualitatives et animateur Bulletin Board a également conscience de ces enjeux : « Il faut dès le départ encourager les participants, les relancer et les motiver… avoir un petit mot tout de suite après une intervention pertinente, créer du lien en permanence et savoir stimuler les moins actifs.»

Une richesse de recueil très importante.

L’autre difficulté est liée au corpus d’informations au cours de chaque projet : « Il faut en permanence trier les interventions et y travailler au plus vite, de manière à ne pas être submergé par l’information. Nous avons mis au point une grille de suivi et des réunions quotidiennes pour analyser les retours» poursuit Guillaume Rhoden.

De son côté, Marie Christine Michelet apprécie le travail de synthèse produit à l’issue des projets, « l’esprit de parfum » comme elle aime à l’appeler, même si au vu de l’étendue des informations tout n’a pu être repris dans son intégralité !

Un feuilleton au jour le jour, … en mode « Les Feux de l’Amour »

Le Bulletin Board crée de nouvelles perspectives qui viennent compléter l’éventail des techniques classiques « les yeux dans les yeux ».

Pouvoir profiter de la courbe de découverte d’un produit et en suivre les évolutions de perception chez ses clients est un exemple d’application parfait pour un Bulletin Board. Au niveau de votre collaboration avec l’institut que vous choisirez, n’oubliez pas d’exposer votre problématique le plus clairement possible et travaillez ensemble sur le story board idéal. Ce feuilleton quotidien – « le story-board,  c’est un peu les Feux de l’Amour! » plaisante Marie-Christine Michelet, « avec ses adaptations en cours de route, en fonction des interventions ».  Voilà également une clé de la réussite supplémentaire pour votre projet.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le Bulletin Board chez EDinstitut : visitez notre page dédiée http://www.edinstitut.com/prestations-cles-en-main/bulletin-board-letude-qualitative-en-continu.html

Tous mes remerciements à Marie Christine Michelet du Crédit Mutuel, pour avoir pris le temps d’échanger ensemble à ce sujet.

Exemple d'écran Bulletin Board

Laisser un commentaire

25ans